Dispensation à domicile, Masques-DM-paracétamol-Rivotril, Arrêt de travail, Chômage partiel

Point info USPO 16/04/2020 – 11h

Pétition pour l’indemnisation des dispensations à domicile : soyez nombreux à répondre !

Le nombre de dispensations à domicile ne cesse d’augmenter comme le montrent les résultats du sondage envoyé par l’USPO entre le 30 mars et le 6 avril. Près de 38% des pharmacies réalisent 1 à 3 dispensations par jour depuis le début du confinement, et près de 28% en réalisent 3 à 6.

Les dispensations à domicile permettent aux patients fragiles de rester chez eux et de respecter les règles de confinement. Elles doivent être réalisées par l’équipe officinale pour assurer la sécurité des patients et le bon usage du médicament.

L’Assurance maladie considère pour l’instant que l’indemnisation des dispensations à domicile n’est pas une demande prioritaire et qu’elle ne recueille pas l’unanimité de la profession.

L’USPO vous donne l’occasion de prouver le contraire en signant cette pétition en faveur d’une indemnité pour les dispensations à domicile : https://fr.surveymonkey.com/r/dispensationdomicile ou sur le site www.uspo.fr

Un vote massif et rapide est nécessaire : mobilisez-vous !

 

11 mai : date limite pour les masques, les DM, le paracétamol et le Rivotril

Un arrêté et un décret publiés au Journal officiel du 14 avril prolongent jusqu’au 11 mai au lieu du 15 avril :

  • La distribution des masques issus du stock d’Etat,
  • Le renouvellement des dispositifs médicaux pour les traitements chroniques lorsque la durée de validité de l’ordonnance renouvelable est expirée,
  • La dispensation de paracétamol limitée à une boîte pour les personnes asymptomatiques et à deux boîtes pour les personnes avec des symptômes (fièvres, douleurs) et la suspension de leur vente par Internet,
  • La dispensation de Rivotril sous forme injectable en pharmacie d’officine sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention « prescription hors AMM dans le cadre du Covid-19 »

La date du 31 mai est maintenue pour les autres renouvellements des traitements chroniques, des hypnotiques et anxiolytiques, des traitements substitutifs aux opiacés, des médicaments stupéfiants ou assimilés.

 

Les modalités de prise en charge des arrêts de travail et des cotisations en cas de chômage partiel définies

Les partenaires sociaux se sont réunis cette semaine pour définir les modalités d’indemnisation des arrêts de travail et arrêts maladie survenus pendant la crise du Covid-19 et des cotisations prévoyance et santé pour les personnes en chômage partiel.

Les arrêts de travail pour garde d’enfants, pour les personnes à risques, pour les contacts des personnes à risque et pour isolement seront pris en charge par le régime de prévoyance au même titre que les arrêts maladie.

Le salaire sera maintenu par l’employeur pour ces différents arrêts. Le régime de prévoyance prendra en charge les arrêts de travail et arrêts maladie des non-cadres et les trois premiers jours de l’arrêt pour les cadres, sous déduction des indemnités journalières versées par l’Assurance maladie.

Prise en charge des arrêts maladie, arrêts de travail pour garde d’enfants, personnes à risque, contact de personnes à risque et isolement

Paiement des indemnités journalières de l’Assurance-Maladie

Non-cadres : Oui, à compter du 1er jour

Cadres ou assimilés RSF, Régime Supplémentaire Facultatif ou RPO, Régime Obligatoire Professionnel  : Oui, à compter du 1er jour

Paiement de la part du  régime prévoyance

Non-cadres : Oui, à compter du 1er jour

Cadres ou assimilés RSF, Régime Supplémentaire Facultatif ou RPO, Régime Obligatoire Professionnel  :

  • Oui, du 1er jour au 4ème jour
  • Non, du 4ème jour au 31ème jour pour les assimilés cadres,
  • Non, du 4ème jour au 51ème jour pour les cadres au RSF
  • Non, du 4ème jour au 61ème jour pour les cadres au RPO

Pour les personnes au chômage partiel, les garanties prévoyance et santé sont maintenues pendant cette période. Les cotisations salariales seront calculées sur la base de l’indemnité du chômage partiel ou sur le salaire réel si celui est maintenu par l’employeur.

Elles seront prises en charge par le Haut degré de solidarité (HDS) si les officines se sont acquittées de cette contribution en 2020.

Les demandes de remboursement des cotisations sociales seront gérées par l’APGIS, aujourd’hui gestionnaire du HDS.

La part « employeur » des cotisations ne sera pas pris en charge.

Ces accords devraient être signés dans la semaine et nous les transmettrons rapidement à vos cabinets comptables.

Les modalités de collecte du Haut degré de solidarité et du Fonds national de développement pour le paritarisme (FNDP) seront revues lors de la prochaine réunion des partenaires sociaux.

L’USPO demande que la collecte de ces deux contributions soit simplifiée et gérée par l’assureur choisi par les officines.

 

Conférence en direct sur le Covid-19 – Dimanche 19 avril à 9h30

Gilles Bonnefond répondra en direct à vos questions : https://register.gotowebinar.com/register/2878167805029289740

Les modalités de connexion sont disponibles sur le site www.uspo.fr

Publication : 16 avril 2020 | Catégorie(s) : ,